Conférences, débats

Célébration de la Francophonie à Podgorica

Le Ministère des Affaires étrangères monténégrin (Institut diplomatique), en collaboration avec l’Ambassade de France au Monténégro, et avec la Direction de la langue française, de la Culture et des diversités de l’OIF et la Représentation permanente de l’OIF auprès de l’Union européenne, célébraient la Francophonie, jeudi 30 mars, à Podgorica, avec une conférence prononcée devant le corps diplomatique et de nombreux étudiants de Sciences politiques et Relations européennes et internationales.

C’est la Ministre des Sciences du Monténégro, Madame Sanja Damjanovic, qui a ouvert l’évènement, précédant l’Ambassadrice de France, S.E. Christine Toudic, l’Ambassadeur, Représentant permanent de l’OIF auprès de l’Union européenne et du Conseil de l’Europe, Stéphane Lopez, l’ancienne Ministre de la défense du Monténégro Madame Milica Pejanovic Djuricic, et l’ancien Ministre des Affaires étrangères du Monténégro, Monsieur Igor Luksic.

Tous les Ministres ont rappelé leurs expériences de l’avantage constitué par la maîtrise de la langue française, en particulier au sein des organisations internationales et des institutions européennes, mais aussi dans le domaine de la recherche.

Le Représentant permanent de l’OIF a de son côté expliqué l’influence des différents cercles francophones à Bruxelles, dont celui des Ambassadeurs, des Députés européens, des journalistes et correspondants de presse et des fonctionnaires en poste dans les Institutions européennes. Il a rappelé le caractère éminemment francophone des trois capitales européennes : Bruxelles, Luxembourg et Strasbourg, et l’intérêt qu’il y avait à connaître le français ne serait-ce que dans la vie quotidienne, au contact des Belges, Luxembourgeois et Français. Il a enfin ouvert un certain nombre de perspectives géostratégiques en évoquant les conséquences du Brexit sur l’usage de la langue anglaise, celle des nouveaux enjeux d’une défense européenne dans laquelle la France devrait jouer un rôle de premier plan, et la faveur de l’OIF pour un élargissement le plus rapide possible aux Etats des Balkans occidentaux et orientaux afin de les stabiliser et de les arrimer à l’Union européenne.